FUTEBOL URUGUAYO:

'' É uma religião nacional. A única que não tem ateu. Somos poucos: 3,5 milhões de uruguayos. É menos gente do que um bairro de São Paulo. É um país minúsculo. Mas todos futebolizados. Temos um dever de gratidão com o futebol. O Uruguay foi colocado no mapa mundial a partir do bicampeonato olímpico de 1924 e 1928, pelo futebol. Ninguém nos conhecia.

O futebol uruguayo é o melhor? Não. No mundo guiado pelas leis do lucro, onde o melhor é quem ganha mais, eu quero ser o pior. Não poderíamos sequer cometer o desagradável pecado da arrogância. Seria ridículo para um país pequeno como o nosso. Não somos importantes, o que é bom. Neste mundo de compra e venda, se você é muito importante vira mercadoria. Está bom assim.

Como explicar Uruguay?.... Somos um pouco inexplicáveis. Aí é que está a graça".

EDUARDO GALEANO - Escritor

quinta-feira

JOUEUR URUGUAYEN EDINSON CAVANI



Edinson Roberto Cavani Gómez, né le 14 février 1987 à Salto, est un footballeur international uruguayen qui évolue au poste d'attaquant à Naples. Aujourd'hui Paris Saint Germain.
Surnommé El Matador ou encore plus rarement El Botija, il fait partie avec une moyenne de 0.8 but/match, de la caste des meilleurs finisseurs toute catégorie confondue.
D'origine italienne comme beaucoup d'uruguayens, ses grands-parents paternels sont originaires de Maranello. Il passe l'enfance en jouant près de la frontière de l'Argentine au Salto FC jusqu'à 12 ans, puis part vivre à Montevideo, dans la capitale de l'Uruguay.
Son père, Luis, a aussi été un footballeur qui était surnommé El Gringo. Il jouait en équipes uruguayennes de première division et compte quelques présences en équipe nationale. Par la suite, il est devenu entraîneur, entraînant l'autre fils cadet Christian, défenseur de Salto. L'ainé de la famille, Walter Guglielmone, lui aussi footballeur pro, a joué notamment en France à l'AC Ajaccio et joue actuellement au Pelotas dans la 4e division brésilienne.
De foi fervente pentecostale évangélique (il est en effet Athlète du Christ), le 9 juin 2007 il s'est marié avec Maria Soledad de laquelle, le 22 mars 2011, il est devenu papa d'un petit garçon dénommé Bautista.
Son oncle, Shady Cavani lui a enseigné l'art du football.
Ayant grandi à Salto, il part vivre dans la capitale Montevideo à l'âge de 12 ans et commence à jouer avec l'équipe des jeunes du Danubio Fútbol Club jusqu'en 2006 où ce même club le fait signer en pro et gagne cette année la le Tournoi d'Ouverture Uruguay. Il passe un an dans le championnat uruguayen jusqu'en 2007 et inscrit 9 buts en 25 matchs.
Le 29 janvier 2007, le président du Palerme Maurizio Zamparini annonce le recrutement1, d'après la suggestion de l'alors directeur sportif Rino Foschi, du prometteur attaquant uruguayen; l'affaire, conclu à 5M d'euros pour son acquisition, il a été officialisé après deux jours. À Palerme, l'attaquant compte parmi les plus importants joueurs de l'équipe qui accroche non sans sa contribution une honorable 5e place.
On lui reproche néanmoins le fait de pêcher trop souvent dans la finition.
Très convoité par de nombreuses écuries européennes, Cavani décide en juillet 2010, de rejoindre le SSC Naples pour un montant de 17 millions d'euros dont 12 payables en quatre ans.
À peine arrivé chez les partenopei, c'est une toute autre histoire, Cavani plus souvent utilisé comme attaquant de pointe par Walter Mazzarri se distingue rapidement comme un élément fort de l'effectif et fait très vite oublier l'enfant du pays Fabio Quagliarella dont la signature chez le rival turinois de la Juventus est perçu comme une véritable trahison par une partie des tifosi napolitains3. Dès lors il enchaîne but sur but, apporte du poids et un soutien sans faille à ses coéquipiers, mais surtout de l'efficacité, l'ancien point faible du natif de Salto est donc devenu l'un de ses plus grands atouts. Les tifosi en font très vite leur nouvelle idole en compagnie de Lavezzi et d'Hamšík, qui forment un trio d'attaque impressionnant, complet, tant sur le plan technique que sur le plan tactique.
Il marque son premier but en Europa League contre l'équipe suédoise de l'Elfsborg pendant le match retour, lors duquel il signe un doublé. Il enchaîne en championnat lors de la 1re journée contre la Fiorentina (1-1), où son but est contesté car le ballon après avoir heurté la barre transversale n'as pas franchi entièrement la ligne de but, le 28 août, à Bari, le 12 septembre et à Gênes, contre la UC Sampdoria le 19 septembre. Face au Steaua Bucarest (3-3), il inscrit un but à la 97e minute, sauvant le Napoli du naufrage après avoir concédé le 3-0 au bout de 15 minutes de jeu.
Le 2 décembre 2010 face à l'Utrecht (3-3), il marque le second triplé de sa carrière (le second en deux mois d'intervalle). Grâce à ce triplé, il en est a 6 buts marqués en 7 matchs disputés dans la compétition européenne.
Le 15 décembre, lors de la dernière journée des phases de poule il offre la qualification face au Steaua (1-0) au Napoli d'une tête sur corner à la 93e minute, livrant encore une fois une prestation collective de qualité. Le 19 décembre, en championnat face à Lecce (1-0), il marque de nouveau dans les arrêts de jeu (93e), après que son coéquipier Gianluca Grava ait sauvé le ballon sur la ligne d'un tacle vaillant, s'engage un contre éclair, Gargano récupère un ballon puis l'envoie pour Cavani qui le remet en une touche à Sosa qui prolonge en une-deux pour l'Uruguayen, entouré de quatre puis six adversaires, Cavani en déborde deux d'une déviation puis en dribble un autre et enchaîne un crochet qui met un dernier défenseur dans le vent avant de décocher une frappe très pure des 30 mètres qui se loge dans la lucarne du gardien de l'équipe des Pouilles.
Le 9 janvier 2011, lors de la 19e journée de Serie A, dans un Stade San Paolo bouillant comme le Vésuve, Edinson Cavani signe un nouveau triplé face au grand rival Turinois. Deux buts marqués de la tête, ainsi que le dernier grâce à un somptueux coup du scorpion, sur des centres respectivement de Maggio, Dossena et Hamsik. Il récupère ainsi la place de meilleur buteur de Serie A en compagnie de Di Natale auteur d'un doublé quelques heures plus tôt. Le 30 janvier 2010, face à la Sampdoria de Gênes (4-0), il inscrit en championnat un nouveau triplé dont un but sur un penalty qu'il provoque, il tire et marque son premier penalty de la saison. Le 3 avril 2011, le prodige uruguayen réalise son cinquième triplé de la saison (son 3e en série) face à un autre grand rival, la Lazio de Rome, au terme d'un match de très haut niveau aux multiples rebondissements, finalement remporté 4-3 par Cavani et ses coéquipiers. Suite à ce triplé, Cavani porte son total de but à 25 sur la saison.
Suite à une expulsion face à Lecce (défaite 2-1) suite à quoi il critiquera l'arbitrage, sa saison se termine sur décision disciplinaire, son compteur restera bloqué a 26 unités (il détient le record de but marqués en série A dans une saison pour un joueur napolitain), le joueur de l'Udinese natif de NaplesAntonio Di Natale ne sera donc pas rattrapé et devient capocannoniere pour la seconde saison consécutive.
Alors que son contrat court jusqu'en 2015, il signe pour une année supplémentaire, preuve de son attachement au club azzurro et de l'ambition affichée par le président Aurelio De Laurentiis de faire du Napoli un très grand d'Europe sur le long terme.
Le club finit à la 3è place ce qui lui permet de participer à la Ligue des Champions; compétition qu'il n'avait plus connut depuis 1990.
Après des débuts timorés face à Cesena, il marque son premier but de la saison face à Manchester City (1-1) devenant le premier buteur de l'histoire du Napoli en Ligue des Champions. Au match suivant, le 18 septembre, il marque un retentissant triplé face au champion en titre l'AC Milan (3-1), son 5e en moins d'un an. Il devient le seul joueur à avoir marqué un triplé face au rossoneri depuisGabriel Batistuta en septembre 1998.
Des lors, le Matador semble emprunté, il ne pressera plus, se placera aléatoirement, ses frappes manqueront cruellement de conviction, il ne marquera qu'un seul but en deux mois, inutile qui plus est (défaite à Catane 2-1). On parle alors de crise, son entraîneur Walter Mazzarri aura beau le défendre, le meilleur des avocats reste le terrain, et Cavani sait se défendre. Il signe un doublé face à Manchester City (2-1) qui invite le club aux ressources financières illimitées à pratiquer son football avec son équipe All-Star enEuropa League. Cavani confirme en égalisant dans le Mazzarri-Time face à l'Atalanta Bergame en championnat (1-1) ou il se blessera en vue du choc tant attendu face à une Juventus retrouvée, il sera remplacé avec brio par Goran Pandev (lui aussi en perdition) auteur d'un doublé (3-3).
Il marque un nouveau doublé face à l'US Lecce (4-2) juste avant d'aller confirmer la qualification napolitaine en Ligue des Champions sur le terrain de Villarreal CF (0-2). Il marque un but face à Chelsea lors des 8e de finale aller à Naples le 21 février 2012 (3-1). Son équipe se fait éliminer de la compétition lors du match retour au Stamford Bridge de Londres (4-1).
Ayant terminé cinquième du championnat la saison passée avec le Napoli, il participe à l'Europa League bien que les dirigeants napolitains ne prennent pas au sérieux cette compétition européenne de "seconde catégorie".
Le 20 septembre 2012, après avoir remporté un premier match face aux suédois de l'AIK Solna (4-0), les partenopei s'effondrent aux deux matchs suivants, d'abord face au PSV Eindhoven (3-0), ensuite face au modeste club du FC Dnipro Dnipropetrovsk (3-1),en partie à cause d'un choix discutable de l'entraîneur Walter Mazzarri qui se prive des titulaires incontestables de l'équipe, notamment de son fatal buteur Cavani. Cependant, Edi ne l'entend pas de cette manière, il compte bien aller loin dans la compétition.
Lors des matchs retour, le 8 novembre, face au Dnipro, le Matador inscrit un incroyable quadruplé, le premier de sa carrière, remportant ainsi le match 4-2 au Stadio San Paolo. Ensuite, le 22 novembre, contre l'AIK, il inscrit le but décisif à la 95 ème minute sur un penalty qu'il a lui même obtenu, permettant à son équipe de l'emporter 1-2 au Råsundastadion, dernier match dans ce stade qui sera détruit. Il laisse ainsi son empreinte dans cette enceinte où Pelé avait inscrit deux buts lors de la finale de la Coupe du monde de football de 1958, participant à la victoire du Brésil face à la Suède (5-2).
Le 5 mai 2013, Cavani inscrit un triplé contre l'Inter, permettant à Naples de s'imposer 3-1.
Il finit l'année meilleur buteur du championnat avec 29 buts et vice-champion derrière la Juventus de Turin.
Plutôt utilisé comme ailier en sélection en raison de la présence de Suarez, Forlàn ou Abreu qui présentent des profils moins polyvalents, Cavani fait partie de la liste des 23 pour la Coupe du monde 2010 avec l'équipe d'Uruguay. Titulaire lors de la compétition, il livre une bonne copie, marquant un but contre l'Allemagne dans le match pour la troisième place, perdu 3-2.
Le 8 octobre 2010, il marque un triplé, le premier de sa carrière, face a l'Indonésie (7-1) ouvrant (premier but) et clôturant (deux derniers buts) les festivités des quatrièmes de la dernière Coupe du Monde.
Lors de la Copa América 2011, il passe la majeure partie du tournoi à l'infirmerie (s'étant blessé au genou face au Chili 1-1), son retour est attendu pour la finale et il entre à la 64e minute ponctuée par de très belles phases de jeu. L'Uruguay l'emporte face au Paraguay 3 à 0. Edinson Cavani remporte ainsi son premier trophée majeur et suite à la finale il déclare : Gagner ainsi, à l'étranger mais devant autant de fans, c'est immense. Nous étions comme à la maison. Je dis aussi merci au Napoli, le club de mon cœur. Si j'ai gagné ce titre, c'est aussi grâce à mon équipe7

Champion Sud-Américain 2011

Lors de la Coupe des confédérations 2013, il marque son 15è but en sélection lors de la demi-finale perdue contre le Brésil (2-1).
Souvent comparé à Zlatan Ibrahimović ou à Marco van Basten, c'est un attaquant rapide, il apprécie les grands espaces. Ses qualités offensives font merveilles en contre attaque, il est capable de marquer dans n'importe quelle position. Son jeu de tête, ou par extension aérien, son sens du collectif et ses qualités athlétiques impressionnantes en font un joueur très agréable à voir jouer. Son statut d'idole des tifosi du Napoli et ses nombreux buts lui ont également valu des comparaisons avec Diego Maradona, autre Sud-Américain qui a marqué l'histoire du club napolitain.
C'est un très bon tireur de penalty, très bon dans l'exercice du tir lointain, c'est aussi devenu un excellent finisseur, plus sûr de lui depuis son retour du mondial sud africain et nourri de la confiance infaillible que lui accordent ses nouveaux supporters. Droitier mais parfaitement ambipède, il est aussi reconnu comme véritable combattant n'hésitant pas à presser voire défendre très bas et ce jusqu'à la fin du match. Sa détermination communicative en font un leader naturel sur le terrain. Lors de ses débuts à Naples, sur ses 16 buts, il en marque pas moins de 20 % d'entre eux dans les arrêts de jeu de la seconde période. Très régulier, son excellente mentalité va de pair avec son comportement sur et en dehors du terrain.
Delio Rossi, son entraîneur aux temps du Palerme défini l'attaquant comme moderne, doué d'une technique discrète, costaud, altruiste et simple, adaptable aux différents types de dispositions tactiques que l'entraîneur lui donne.
Statistiques d'Edinson Cavani au 3 juillet 2013
SaisonClubChampionnatCoupe(s) nationale(s)SupercoupeCompétition(s)
continentale(s)
Drapeau : Uruguay UruguayTotal
DivisionMBMBMBCMBMBMB
2005 – 2006Drapeau : Uruguay Danubio FCApertura9453-------147
2006 – 2007Drapeau : Uruguay Danubio FCApertura155---------155
Sous-total24953-------2912
2006 – 2007Drapeau de l'Italie US PalermeSerie A72---------72
2007 – 2008Drapeau de l'Italie US PalermeSerie A32520--C32021386
2008 – 2009Drapeau de l'Italie US PalermeSerie A351411-----604215
2009 – 2010Drapeau de l'Italie US PalermeSerie A341332-----1224917
Sous-total1083463---2020313640
2010 – 2011Drapeau de l'Italie SSC NaplesSerie A352620--C31071165839
2011 – 2012Drapeau de l'Italie SSC NaplesSerie A352355--C185925735
2012 – 2013Drapeau de l'Italie SSC NaplesSerie A34291111C3771465744
Sous-total104788611-25193414172118
Total sur la carrière236121291310-27195417347170